Les régimes faibles en glucides

MaigrirLes régimes faibles en glucides sont très efficaces. Cela a été prouvé scientifiquement.

Cependant, comme pour n’importe quel régime, les gens arrêtent parfois de perdre du poids avant d’atteindre le poids désiré.Voici les 15 principales raisons qui expliquent pourquoi vous n’arrivez pas à perdre de poids avec un régime faible en glucides.

Vous êtes en train de perdre de la graisse, vous ne vous en rendez pas compte

La perte de poids n’est pas un processus linéaire. Si vous vous pesez tous les jours, il y aura des jours où vous aurez moins de poids sur la balance, et d’autres jours où l’aiguille montera. Cela n’a pas pour signification que le régime ne fonctionne pas, à partir du moment où la tendance générale est à la baisse. Beaucoup de gens perdent beaucoup de poids la première semaine d’un régime faible en glucides, mais c’est surtout en raison de la perte de poids liée à l’eau. La perte de poids va ralentir de manière significative après cette phase initiale.Bien sûr, la perte de poids n’est pas la même que la perte de graisse.Il est possible, surtout si vous n’êtes pas habitué à vous peser, que vous gagnez du muscle en même temps que vous perdez de la graisse. Pour être sûr d’en perdre, utilisez autre chose qu’une simple balance (qui ment quand il s’agit de la graisse). Utilisez un mètre de couturière pour mesurer votre tour de taille et faîtes en sorte de faire mesurer votre pourcentage de masse grasse tous les mois.Et prenez aussi des photos. Tenez compte de la façon dont vos vêtements s’adaptent. Si vous cherchez à être plus mince et que vos vêtements sont plus lâches, alors c’est que vous PERDEZ de la graisse, quoi qu’en dise la balance.

En résumé : La perte de poids n’est pas linéaire et cela concerne bien plus que juste le poids de graisse corporelle. Soyez patient et utilisez d’autres moyens de mesure qu’uniquement une balance.

Vous n’avez pas suffisamment réduit les glucides

Certaines personnes sont plus sensibles aux glucides que d’autres. Si vous êtes sur un régime à faible teneur en glucides et que votre poids commence à se stabiliser, alors vous allez peut-être vouloir réduire encore plus les glucides. Dans ce cas, réduisez à moins de 50 grammes par jour les glucides.Quand vous descendez en dessous de 50 grammes par jour, vous allez devoir éliminer la plupart des fruits de votre alimentation, mais vous pourrez consommer des baies en petites quantités.Si cela ne fonctionne pas non plus, passer en dessous de 20 grammes de façon temporaire peut aider … mangez seulement des protéines, des graisses saines et les légumes verts à feuilles. Pour vous assurer que vous suivez vraiment un régime à faible teneur en glucides, créez un compte sur FitDay (c’est gratuit) et indiquez votre consommation de nourriture pendant quelques temps et surtout faites vous suivre par un professionnel.

Vous êtes tout le temps stressé

Malheureusement, cela ne suffit pas toujours de simplement manger sainement et de faire de l’exercice. Nous devons nous assurer que notre corps fonctionne de façon optimale et que notre environnement hormonal est favorable. Être stressé tout le temps maintient le corps dans un état constant de «combat ou de fuite» – avec des niveaux élevés d’hormones de stress, comme le cortisol. Avoir des niveaux de cortisol souvent élevés peut augmenter votre faim et votre envie de malbouffe.Si vous voulez réduire le stress, essayez la méditation et les exercices de respiration profonde. Evitez les distractions comme Facebook et les médias sur internet, et à la place, lisez plus de livres.

Vous ne mangez pas de la vraie nourriture

Un régime faible en glucides ne consiste pas simplement à réduire sa consommation de glucides. Vous devez remplacer les glucides par de vrais aliments nutritifs. Jetez tous les produits à faible teneur en glucides transformés qui ne sont pas vraiment de la nourriture et ne sont PAS BONS pour votre santé. Conservez les viandes, poissons, œufs, légumes et graisses saines, si vous avez besoin de perdre du poids.

En outre, «les petits craquages» comme les biscuits et brownies peuvent causer des problèmes, et cela, même s’ils sont fabriqués avec des ingrédients sains. Ils doivent être considérés comme des en-cas occasionnels, pas comme quelque chose que vous mangez tous les jours .Il est également important de manger suffisamment de LIPIDES. Si vous essayez de réduire les glucides ET les lipides, vous allez être affamé et vous sentir très mal .Avoir une alimentation uniquement basée sur les protéines est une très mauvaise idée. Un régime faible en glucides, riche en matières grasses et modéré en protéines est ce qu’il faut faire pour entrer en cétose, qui est l’environnement hormonal optimal pour brûler la graisse du corps.

Vous mangez trop d’oléagineux

Les noix et oléagineux sont de vrais aliments, cela ne fait pas de doute. Mais ils sont également très riches en matières grasses, les amandes par exemple ont environ 70% de leurs calories qui sont composées de lipides .Cependant, les noix et autres oléagineux peuvent très facilement être consommés en excès. Leur aspect croquant et leur haute densité en énergie nous donnent la possibilité d’en manger de grandes quantités, sans avoir de sentiment de satiété. Si vous grignotez des noix tous les jours (ou pire, du beurre d’oléagineux) alors il est probable que vous consommiez beaucoup trop de calories.

Vous ne dormez pas assez

Le sommeil est extrêmement important pour la santé en général et les études montrent que le manque de sommeil est lié au gain de poids et à l’obésité. Un manque de sommeil peut nous faire avoir d’avantage faim. Cela nous rend également fatigués et moins enclins à faire du sport et à manger sain. Le sommeil est l’un des piliers de la santé. Si vous faites tout bien, mais que vous n’arrivez pas obtenir un bon sommeil, alors vous ne verrez pas les résultats escomptés.Si vous avez des troubles du sommeil, consultez un médecin. Cela peut souvent se traiter facilement.

Quelques conseils pour améliorer le sommeil :

  • Évitez la caféine après 14 heures.
  • Dormez dans l’obscurité totale.
  • Évitez l’alcool et l’exercice physique peu de temps avant de dormir.
  • Faites une activité pour vous détendre avant de dormir, comme la lecture.
  • Essayez de vous coucher au même moment chaque soir.

Vous consommez trop de produits laitiers

D’autres aliments faibles en glucides, à savoir les produits laitiers, peuvent créer des problèmes pour certaines personnes. Certains produits laitiers, même s’ils sont faibles en glucides, sont encore assez riches en protéines. Les protéines, comme les glucides, peuvent augmenter les niveaux d’insuline, ce qui entraîne le stockage de l’énergie. La composition en acides aminés des protéines du lait peut causer un excès d’insuline très puissant. En fait, les protéines du lait peuvent créer des pics d’insuline dans le sang, autant que le pain blanc. Même si vous pouvez très bien tolérer les produits laitiers, en manger souvent et avoir des pics d’insuline peut être préjudiciable à l’adaptation métabolique qui doit avoir lieu pour bénéficier des atouts des régimes faibles en glucides.Dans ce cas, éviter le lait, le fromage, le yogourt et la crème. Le beurre est très bien car il est très faible en protéines et lactose, il ne créera donc pas de pics d’insuline.

Vous ne respectez pas votre programme sportif

Vous ne devriez pas faire du sport avec pour seul objectif de brûler des calories. Les calories brûlées pendant le sport sont, en général, limitées et peuvent facilement être réduites à néant par le fait de manger quelques bouchées de nourriture supplémentaires au repas suivant. Toutefois, le fait de faire de l’exercice est essentiel pour être en bonne santé physique et mentale. A long terme, le sport peut vous aider à perdre du poids en améliorant votre santé métabolique, en augmentant votre masse musculaire et peut vous faire vous sentir bien.Mais il est important de faire le bon type de sport. Faire simplement du cardio sur tapis ne va certainement pas vous donner de bons résultats et en faire trop peut même être préjudiciable.

  • Faire de la musculation : cela va grandement améliorer votre environnement hormonal et va augmenter votre masse musculaire, ce qui vous aidera à perdre du poids sur le long terme.
  • Intervalle training : faire des exercices à forte intensité est une excellente forme de cardio qui améliore votre métabolisme et augmente vos niveaux d’hormone de croissance.
  • Faible intensité : être actif et faire un exercice à faible intensité, comme la marche est une excellente idée. Le corps humain a été conçu pour se déplacer, pas pour s’asseoir sur une chaise toute la journée.

Vous consommez trop d’édulcorants

même si certains édulcorants ne comportent pas de calories, ils peuvent impacter votre appétit. Plusieurs études ont montré que les édulcorants artificiels peuvent avoir des effets sur l’appétit, soit de façon négative ou positive, et impliquer, dans certains cas, que les gens consomment plus de calories au global. En outre, la consommation d’édulcorants artificiels est associée à un gain de poids à long terme.

Cela dépend probablement des individus, mais si vous consommez beaucoup d’édulcorants et que vous ne perdez pas de poids, alors vous pouvez essayer de les supprimer de votre alimentation.

Vous avez des contraintes médicales

Certains médicaments sont connus pour stimuler la prise de poids. Si vous regardez la liste des effets secondaires des médicaments que vous prenez et que vous voyez « prise de poids » sur la liste – alors prenez rendez-vous avec votre médecin. Peut-être existe-t-il un autre médicament qui n’entraîne pas de prise de poids. Si vous respectez le régime mais que vous n’obtenez toujours pas de résultats, alors peut-être avez-vous un problème médical latent. Beaucoup de troubles hormonaux peuvent causer des problèmes de perte de poids, en particulier l’hypothyroïdie.Dans ce cas, prenez rendez-vous avec votre médecin. Indiquez-lui que vous avez des problèmes pour perdre du poids et que vous voulez exclure tous les problèmes médicaux.

Vous êtes toujours en train de manger

C’est un mythe persistant dans les milieux de la santé et du fitness que tout le monde devrait consommer de petites portions, tout au long de la journée. Cela a effectivement été étudié en détail. Il n’existe pas d’avantage prouvé dans le fait de manger des repas plus fréquents et plus réduits. Il est naturel pour les humains de manger moins de repas par jour et d’avoir parfois de longues périodes sans nourriture. Certaines personnes pratiquent ce que l’on appelle le jeûne intermittent, ce qui est lié au fait de manger dans une fenêtre de huit heures chaque jour ou d’effectuer 24 heures de jeûne 1 à 2 fois par semaine. Cela peut être très utile pour passer un palier.

Vous faîtes trop d’écart

Pour les personnes qui sont en mesure de se contrôler, avoir des repas où l’on peut faire des écarts peut convenir. Pour d’autres, en particulier ceux qui sont enclins à la dépendance alimentaire, avoir des repas de relâche est susceptible de faire plus de mal que de bien. Si vous faîtes souvent des écarts… soit avec des «petites astuces» ici et là ou des journées entières de relâche où vous ne consommez rien d’autre que des produits mauvais pour la santé, cela peut facilement ruiner tout vos progrès.

Avoir plus de 1-2 repas de relâche par semaine (ou un repas par jour) est excessif. Si vous n’arrivez pas à vous contrôler par rapport aux aliments mauvais pour la santé, peu importe ce que vous essayez, alors vous avez peut-être un comportement addictif par rapport à la nourriture. Dans ce cas, le fait de supprimer complètement la malbouffe de votre vie est sans doute une bonne idée.

Vous mangez trop de calories

À la fin de la journée, les calories comptent. L’une des principales raisons pour lesquelles les régimes à faible niveau de glucides sont si efficaces, c’est qu’ils réduisent l’appétit et font que les gens, sans se l’imposer, mangent moins de calories au global. Si vous n’arrivez pas à perdre du poids, mais que vous faîtes tout ce qu’il faut, alors essayez de compter les calories pendant un certain temps. Une fois de plus, créez un compte gratuit sur FitDay et suivez votre consommation pendant quelques jours. Si vous visez un déficit de 500 calories par jour, cela devrait théoriquement vous faire perdre 500 g de poids par semaine (ne fonctionne pas toujours en pratique).

Votre objectif n’est pas réaliste

Au final, perdre du poids prend du temps. C’est un marathon, pas une course. Perdre 500 g à 1 kg par semaine est un objectif réaliste. Certaines personnes vont perdre du poids plus rapidement que cela, d’autres plus lentement. Mais il est aussi important de garder à l’esprit que tout le monde ne peut pas ressembler à un top-modèle. À un certain moment, vous arriverez à un poids de forme, qui peut être au-dessus ce que vous avez initialement espéré.

Vous avez été en déficit calories trop longtemps

Je ne pense pas que cela soit une bonne idée d’être en déficit calorique pendant trop longtemps.Les gens les plus maigres sur terre (les gens qui font du culturisme et les top-modèles) ne le font jamais. Ils font des cycles de «prise» et de «déficit ». Si vous êtes en déficit calorique pendant plusieurs mois (ou années), à la fin votre taux métabolique peut ralentir. Si vous avez suivi un régime pendant une longue période, puis une période de deux mois où vous visez à vous «maintenir» et gagner un peu de muscle, peut être que ce dont vous avez besoin est de recommencer. Bien sûr, cela ne signifie pas de consommer de mauvais aliments, un peu plus de bons aliments. Après que ces deux mois soient terminés, vous pouvez commencer « un régime » à nouveau.

Vous n’êtes pas seul ! Lorsque vous  entreprenez la démarche de maigrir,  faites-vous accompagner par un ami, un parent,  un collègue,  à deux c’est plus marrant,  et surtout  dans un premier temps consulter votre médecin, puis votre coach sportif. Rendez-vous sur notre forum pour tous renseignements.

Forum soyezsport.com

 

Source : http://authoritynutrition.com/15-reasons-not-losing-weight-on-a-low-carb-diet/

Le sport d’endurance est-il une menace pour les dents?

sport 1le sport d’endurance est-il vraiment une menace pour les dents ? Aussi surprenant que ce titre d’article puisse paraitre, en effet, les sports d’endurance ont une action sur la bonne santé de nos dents.Lorsque vous faites du sport, vous faites transiter de grandes quantités d’air dans vos poumons et donc, le plus souvent, vous avez la bouche ouverte.

Cette grande ouverture de la bouche provoque un assèchement des muqueuses, qui profite aux bactéries, notamment les bactéries appelées cariogènes (responsables des caries). Si on y rajoute les ravitaillements sucrés (barres énergétiques, boissons, etc.) c’est une situation idéale pour la prolifération des bactéries :

Que faut-il faire ?

Idéalement il faudrait se nettoyer les dents après chaque ravitaillement, ce qui est impossible.

Alors, l’alternative consiste à se rincer la bouche avec de l’eau claire et se gargariser.

Qui est touché par ce phénomène ?

Évidemment les sports qui demandent du souffle et intégrant de la course : football, courses, etc.

Ce phénomène moins connu du grand public est tout de même connu dans le sport de haut niveau (par les médecins du sport) puisqu’une clause est même prévue dans les contrats des jeunes footballeurs des centres de formation comme le PSG. Cette clause les oblige à se rendre chez le dentiste au moins 1 fois par an. Pourquoi autant d’attention pour un problème dentaire ? Il y a plusieurs explications possibles :

  • Crainte de la persistance de ces foyers infectieux :
  • Un abcès dans la bouche pourrait être un nid idéal pour les bactéries.

Cette infection pourrait alors s’étendre et toucher les tendons, les articulations, les muscles,… ce qui deviendrait problématique pour le sportif.

La posturologie 

Les médecins du sport sont partisans d’une pensée que l’on appelle en médecine « la posturologie » (se représenter le corps comme un mobile articulé, avec une interaction fine entre les différents étages).Prenons l’exemple d’une personne qui a mal aux dents et qui ne va mâcher que d’un seul côté ou qui va fermer sa bouche différemment, cela va probablement incliner la tête de manière inhabituelle, ceci va peut-être se transmettre au niveau des tensions des muscles du cou, puis créer un décalage des épaules, une déviation de la colonne vertébrale et ainsi de suite.Il est donc assez fréquent qu’en posturologie, on explique un problème de pied par un problème d’occlusion dentaire.

L’exemple de Ronaldinho (professionnel  du football)

footballRonaldinho  est un bon exemple, car c’est un joueur très souriant. Lorsqu’il jouait au PSG, il avait la particularité d’avoir une dentition en désordre.En 2013, il a pris la résolution de se faire installer un sourire de mannequin.Cela illustre parfaitement ce que l’on est capable de réaliser en dentisterie, on peut masquer les défauts, blanchir les dents et bien entendu les soigner.Ce sourire a un coût : 50 000€.

Si Ronaldinho a pu se l’offrir grâce à son salaire très élevé et une époque aux techniques de pointes, Louis XIV (qui lui, n’était pas au PSG) n’était pas logé à la même enseigne. S’il était peut-être au 17ème siècle l’homme le plus riche du monde, lorsqu’il avait mal aux dents, il n’y avait pas d’alternative, on arrachait la dent.On sait d’ailleurs qu’avant l’âge de 50 ans il était totalement édenté. Alors petit conseil faites, comme dans la Pub «  M tes dents et soyezsport ! Rendez-vous sur notre forum pour plus de renseignements. 

Cliquez sur l’image
pour vous inscrire

Forum soyezsport.com

 

 

Un allèle qui prédispose aux sports de force ?

allèle 4Un allèle qui prédisposerait certaines personnes aux sports  dit « de force ». Commençons par le commencement  tout d’abord essayons de voir ce que l’on nous dit sur ce fameux « allèle »

Le corps humain est constitué de 23 paires de chromosomes. Chaque chromosome contient de nombreuses informations sous forme de gènes qui expriment les caractères héréditaires d’un individu. Chaque gêne possède deux allèles, l’un provenant de l’information génétique du père, l’autre de celui de la mère. Si les deux allèles de l’individu sont identiques, la caractéristique issue de cet allèle s’exprimera. Si par contre ils sont différents, l’allèle dit dominant s’imposera sur l’autre allèle dit récessif et c’est cet allèle dominant qui donnera sa caractéristique à l’individu. En guise d’exemple, la couleur des yeux : si un enfant hérite d’un allèle « marron » et d’un allèle « bleu », il aura les yeux marrons, car l’allèle marron est dominant par rapport à l’allèle bleu qui est récessif.

Une prédisposition génétique  pour les « Haltéro»?

Les athlètes de haut niveau excellant dans les sports de force auraient des prédispositions génétiques par rapport au reste de la population ou aux spécialistes des épreuves d’endurance. Chez eux, on retrouve dans des proportions deux à trois fois plus importantes les deux allèles d’un même gène. Mais on ignore encore quels avantages physiologiques ils procurent exactement.

Pour briller dans le sport, deux ingrédients sont indispensables : le talent et l’entraînement. Cumulés, ils procurent des capacités physiques hors normes, permettant de réaliser les plus beaux exploits. Si la pratique intensive permet d’acquérir les bons réflexes et d’exploiter au mieux le potentiel, des prédispositions génétiques sont souvent nécessaires.

Le sport se compose d’un vaste panel d’épreuves faisant appel à des aptitudes différentes. Certaines exigent de la puissance pure et dure, en échange d’une activité courte et tonique : haltérophilie, sprint, lancer, saut… Rien à voir avec les efforts de longue haleine des marathoniens, des cyclistes ou même des footballeurs qui courent 90 minutes. Qu’est-ce qui distingue le génome de ces athlètes de ceux du reste de la population ?

Des études précédentes ont montré que les sportifs de l’élite connus pour leur puissance disposaient en plus grande proportion d’un variant (nommé M235T) du gène de l’angiotensinogène (Agt). Chez les meilleurs, on retrouve plus souvent la forme C que la forme T. Des chercheurs polonais, de l’université de Szczecin, dirigés par Pawel Cięszczyk, ont focalisé leurs investigations à ce niveau du génome. Et leurs résultats semblent indiquer que le polymorphisme du gène AGT pourrait être un marqueur de la prédisposition à certaines disciplines physiques.

L’endurance musculaire tiendrait au moins dans un allèle

Pour ce travail publié dans le Journal of Strength and Conditioning Research, 223 sportifs de haut niveau, ayant participé à des championnats du monde ou des Jeux olympiques, ont été recrutés. Cent d’entre eux étaient spécialisés dans une épreuve où la force brute importe beaucoup, comme l’haltérophilie, le sprint ou le saut, alors que les 123 autres ont brillé en course de fond, en natation ou en aviron, des disciplines nécessitant de l’endurance. En parallèle, 344 personnes sédentaires faisaient office de lot témoin.

Après analyse de tous ces génomes, les auteurs ont montré que 40 % des athlètes puissants sont porteurs du génotype CC, c’est-à-dire qu’ils avaient reçu une version du gène de leur père et une autre de leur mère. Parmi les adeptes de l’endurance, ils ne sont que 13 % à être homozygotes, alors que dans le groupe contrôle, ils sont 18 % .

Cependant, bien que ces allèles en double semblent procurer un avantage dans la puissance musculaire développée, ils ne sont pas liés aux médailles remportées. Autrement dit, sur les podiums des compétitions mondiales, les génotypes CC n’étaient pas surreprésentés.

Nouvelle étape vers le dopage génétique ?

Cette recherche confirme donc les résultats d’une étude espagnole menée précédemment qui obtenait les mêmes conclusions.Reste à déterminer l’avantage qu’un tel génotype procure. Le gène Agt est impliqué dans le système rénine-angiotensine, un ensemble de régulations endocriniennes et enzymatiques intervenant dans le contrôle de la pression sanguine, la concentration en sodium et l’équilibre des fluides. Plusieurs hypothèses sont envisagées. Par exemple, cette homozygotie pourrait augmenter la production d’angiotensine II, molécule que l’on sait cruciale pour la performance musculaire. Des études ultérieures devraient trancher ce débat.

La recherche des facteurs génétiques impliqués dans la réussite athlétique est un domaine en plein essor, qui a pour but de détecter les individus dotés des qualités intrinsèques à l’exercice d’un sport. Malheureusement, de telles investigations demandent également beaucoup de vigilance, car il existe au moins une dérive possible : le dopage génétique. Pour gagner, certains sont prêts à tricher par tous les moyens, y compris compléter leur génome de fragments d’ADN qui augmentent leurs performances, si cela devient possible, alors soyez sportpour autres renseignements rendez vous sur notre forum.

Cliquez sur l’image
pour vous inscrire

Forum soyezsport.com

Les principales raisons de votre fatigue

les raisons principalesLes principales raisons de votre fatigue peuvent être distinct,  Vous vous êtes trainé toute la semaine et vous n’en finissez plus d’être fatigué? Heureusement, c’est vendredi. Peut-être retrouverez-vous un peu d’énergie en changeant ces petites habitudes quotidiennes?

 

Vous sautez la salle de sport parce que vous êtes fatigué

C’est pourtant l’inverse que vous devriez faire. Selon une étude de l’Université de Georgie, les adultes qui font du sport trois jours par semaine pendant un minimum de vingt minutes se déclarent moins fatigués et plus énergiques après six semaines.

Vous ne buvez pas assez d’eau

Etre légèrement déshydraté pèse directement sur les niveaux d’énergie. La désydratation provoque une réduction du volume sanguin, ce qui rend le sang plus épais. Du coup, votre coeur pompe moins efficacement et réduit la vitesse à laquelle l’oxygène et les nutriments atteignent les muscles et les organes.

Vous avez une carence en fer

Une carence en fer peut vous rendre morose, irritable, faible et vous donner des difficultés à vous concentrer. Jetez-vous sur les haricots, le tofu, les oeufs, les légumes verts, les noix, etc.

Vous êtes perfectionniste

Et du coup vous vous épuisez à la tâche. Vos objectifs sont impossibles à réaliser et vous n’avez jamais le sentiment du devoir accompli.

Vous faites une montagne d’une petite chose

Votre patron demande à vous voir, vous imaginez tout de suite qu’il veut vous virer. Vous avez toujours l’impression que le pire va se produire. L’anxiété paralyse et nous fatigue mentalement. La méditation peut peut-être vous détendre?

Vous zappez le petit-déjeuner

Le petit-déjeuner donne de l’énergie. Il signale un top départ au métabolisme qui se met en route pour le reste de la journée. Si vous le sautez, vous serez léthargique.

Vous mangez trop de malbouffe

Les aliments chargés de sucre et de glucides simples augmentent rapidement la glycémie. Mais les pics de sucre dans le sang suivis par de fortes baisses nous fatiguent au cours de la journée.

Vous avez du mal à dire non

Les gens agréables le sont souvent au détriment de leur propre bonheur. Sur le long terme, ils peuvent même nourrir du ressentiment et de la colère. Ne dites pas oui tout le temps. Entrainez-vous à refuser des choses.

Votre bureau est en désordre

Un bureau encombré épuise mentalement en restreignant la capacité de concentration et en limitant la capacité de votre cerveau à traiter l’information. A la fin de chaque journée, assurez-vous que votre travail et vos objets personnels sont bien rangés. Ca sera un bon point de départ pour le lendemain.

Vous travaillez pendant vos vacances

Ne lisez pas vos mails au bord de la piscine, vous risquez l’épuisement professionnel. Accordez-vous une vraie détente. Vous serez plus créatif et plus productif à votre retour.

Vous buvez un ou deux verres de vin avant d’aller dormir

On pourrait croire que c’est une bonne façon de se détendre avant d’aller dormir mais si dans un premier temps, l’alcool produit un effet sédatif, il sabote le sommeil au final. Vous êtes plus susceptible de vous réveiller la nuit si vous avez bu avant d’aller vous coucher.

Vous vérifiez vos mails avant d’aller dormir

La lumière crue d’une tablette ou d’un smartphone peut bouleverser votre rythme circadien naturel en supprimant la mélatonine, une hormone qui aide à réguler les cycles de sommeil et de réveil. La sensibilité à la lueur artificielle varie d’une personne à l’autre mais simple conseil: évitez de jouer avec votre téléphone avant de dormir et soyez sport ! Rendez-vous sur notre forum pour plus de renseignements.

Cliquez sur l’image
pour vous inscrire

Forum soyezsport.com

La mal Bouffe, faut-il la taxer ?

malbouffeLa mal bouffe faut-il la taxer en France ? Nous pensons qu’Il ne faut pas rêver on s’attaque pas au lobby agroalimentaire ! Alors essayons de voir ce qu’il se passe du côté de la Belgique

Une étude menée par l’université de Gand en Belgique certifierait qu’en 20 ans, une taxe de 10% sur les collations grasses et les boissons sucrées permettrait un gain en matière de soins de santé de 2,2 milliards d’euros

Une taxe de 10% sur les collations peu équilibrées, les bonbons et les boissons sucrées permettraient non seulement d’alimenter les caisses de l’Etat, mais elle provoquerait, à terme, un allégement des caisses de la Sécu en diminuant le poids des maladies cardiaques et du diabète, dont le lien avec l’obésité est établi.

Sur 20 ans, on économiserait environ 184.000 années de « vie en bonne santé », affirment l’économiste Lieven Annemans et le Docteur en nutrition Ignaas Devic, selon qui les hommes politiques devraient songer à instaurer une telle taxe. Pour plus de renseignements Rendez -vous sur notre forum.

Source : Quotidien 7 sur 7 be

Cliquer sur l’image
pour vous inscrire

Forum soyezsport.com

Les femmes lancent les hostilités : Les Arts martiaux

Femmes

De plus en plus de femmes poussent aujourd’hui les portes des salles réservées aux sports de combat. Mais derrière elles, vous trouverez autant de disciplines que d’occasions de se la jouer  » la femme qui n’a pas froid aux yeux « .Cap sur les tendances de l’année!

 

La boxe

Le plus populaire des sports de combat a redoré son blason grâce au film de Clint Eastwood,  » Million Dollar Baby « . Aujourd’hui, on enfile toujours ses gants mais on a le choix entre plusieurs variantes : Anglaise, kick boxing, boxe thailandaise , (attention les coups de pieds !),et même le MMA (mixte martial Arts).Il ne vous reste plus qu’à monter sur le ring !

Le jiu-jitsu brésilien

Son nom signifie  » art doux  » ou  » technique de souplesse  » en japonais. Voilà qui devrait réjouir celles qui jusqu’à maintenant étaient effrayées de devoir un jour aller au bureau avec des béquilles ou un énorme cocard. Même si l’on retrouve les techniques nippones de luxation, projection et strangulation, il s’agit d’un art martial non violent. Le principe de base du Ju Jitsu est l’utilisation de la force de l’adversaire. Cela en fait tout naturellement une discipline praticable par toutes, quel que soit son gabarit.

Le krav maga

Cette technique d’auto-défense israélienne  est utilisée par de nombreuses polices et troupes d’élite internationales. L’objectif : apprendre à se défendre simplement et naturellement. La logique n’est pas esthétique, la priorité est donnée à l’efficacité. Ici tous les coups sont permis. Mais attention, on vous apprendra également à gérer une situation de combat, la prévenir et l’éviter, même si vous portez une jupe et des talons !

Le Penchak silat

Le Penchak-silat est un art martial d’origine Indonésienne, extrêmement redoutable lorsque vous pratiquez sérieusement le pionnier en Europe est Charles Joussot « Fisfo system ».

Le MMA

Le MMA ou les « Arts martiaux mixtes » sont un mélange d’arts martiaux et de sport de combat, avec des règles bien établis, à ne pas confondre avec une simple bagarre de rue.

Pourquoi choisir un sport de combat

Mesdames, vous cherchez un sport qui soit à la fois ludique et efficace pour vous faire un corps de rêve, excellent pour le moral et qui plus est amusant ? Parmi les sports de combat, vous trouverez forcément une discipline à la hauteur de vos exigences.

Ce type de sport muscle toutes les parties du corps : biceps, triceps, dorsaux, fesses, abdos… tout y passe. Le raffermissement total est garanti ! Cerise sur le gâteau : vous gagnerez également en souplesse et en endurance. Mais combattre permet également de maitriser son corps, et donc de mieux l’aimer. On s’affirme, on acquiert une confiance en soi incroyable et bien sûr on évacue son stress tout en apprenant à contrôler son agressivité. Bon point pour vous si vous réussissez à garder ces acquis en dehors de la salle de sport, et notamment au bureau !

Se défouler, donner des coups, faire des prises, ou prendre certaines postures, c’est fatiguant et c’est bien là tout l’intérêt. Vous faites travailler votre corps et votre cardio tout en vous amusant et sans vous en rendre compte. Par ailleurs, vous apprenez à vous défendre et à gérer une éventuelle situation d’attaque. Parfait pour vous Mesdames qui aimez sortir le soir sans chaperon.

En dépit d’une image masculine liée à la dimension  du combat, la peur de coups et de bleus, les femmes peuvent parfaitement enfiler les gants, kimonos et autres accessoires nécessaires à la pratique de ces sports. Avis aux têtes brûlées, les hommes adorent voir les femmes jouer les amazones ! Alors n’hésitez plus à vous lancer et soyez sport ! Rendez-vous sur notre forum pour plus de renseignements.

Cliquez sur l’image
pour vous inscrire

Forum soyezsport.com

Rajeunir naturellement avec le sport ?

chŽrie je me sens rajeunirRajeunir naturellement avec le sport est ce vraiment possible? Combiné à une alimentation équilibrée, le sport a le don d’entretenir votre santé cardiaque et mentale. Peut-il avoir un effet sur votre peau, et ainsi vous rajeunir ?

En quête de l’élixir parfait, la réponse ne se trouve pas (seulement) dans la salle de bain ni chez les chirurgiens. Mais peut être sur le terrain de sport. Eh oui, l’activité physique assure un lifting naturel et peut faire office de fontaine de jouvence.

Intensif ou relax ? Quel que soit votre profil de sportif, vous avez « tout bon » en pratiquant une activité physique régulière chaque semaine si vous souhaitez préserver le capital beauté de votre peau.

Le  derme ne demande qu’à vivre en le stimulant, et c’est précisément ce qu’il se passe lorsque vous vous mettez à courir, nager, danser…

Sur votre visage, les perles de sueurs liées à la sudation permettent en effet à votre peau de respirer. Les pores se dilatent, vos traits se détendent. Et au-delà du bien-être intérieur que procure l’effort physique, le plaisir se lit sur votre visage !

 Les  travaux de recherches  outre atlantique

A en croire les récents travaux de chercheurs canadiens de l’Université McMaster (Ontario), le sport permettrait de ralentir le vieillissement cutané. « En plus d’entretenir le potentiel cognitif, le cœur, les muscles et d’accroître la fertilité, le fait de pratiquer une activité physique donnerai  à la peau un aspect plus jeune ».

Pour le prouver, ils ont suivi 29 participants de 20 à 84 ans. La première moitié était contrainte à la sédentarité. La seconde a dû pratiquer 3 heures de sport par semaine. Pour chacun, un échantillon de peau a ensuite été prélevé pour être observé au microscope afin d’évaluer l’âge du derme. Résultat, « la peau des participants de plus de 60 ans prenait l’apparence de celle d’une personne de 20 ans », ont indiqué les chercheurs.

Sur le long terme, ce sont même les rides, les poches sous les yeux et le teint grisâtre de l’hiver qui seront amenés à disparaître. Et pour cause, le renouvellement cellulaire et la synthèse de collagène seront accélérés sous l’effet de l’activité.

Conclusion donc, si les premiers signes de vieillissement apparaissent naturellement vers 40 ans, il est conseillé de prendre soin de sa peau à tous les âges, en bougeant alors soyez sport ! Pour plus de renseignements rendez-vous sur notre forum.

Source: The New York Times, 16 Avril 2014

Cliquez sur l’image
 pour vous inscrire

Forum soyezsport.com

 

Sportif, comment s’alimenter pour s’entrainer efficacement

Sportif, commentComment s’alimenter pour s’entrainer efficacement ? eh bien nous aimons bien dire « Rien à vraiment changer depuis l’époque des anciens grecs ». Afin de maximiser les bienfaits de l’activité physique, votre organisme va solliciter des substrats énergétiques, qu’il faudra combler avant, pendant et surtout après votre entrainement.

N’importe quel coach vous confirmera, lorsqu’on fait du sport, toutes les alimentations ne se valent pas. Quels aliments peuvent vous permettre d’être au mieux de votre forme, vous fournir un effort sportif, et lesquels peuvent vous permettre d’optimiser vos résultats ?

 Alimentation et sport vont de paire

Difficile en effet de fournir un effort après un repas trop gras qui favorise la somnolence, ou après un repas trop léger qui n’apporte pas l’énergie nécessaire à l’organisme.

De mauvaises habitudes alimentaires peuvent ruiner vos efforts en un clin d’œil. Dès lors, quel est le régime à favoriser lorsque l’on fait du sport ?

La nutrition et l’effort

Une nutrition sportive bien adaptée va permettre des actions progressives. Un apport en sel minéraux et en vitamines (oléagineux) évitera, les fringales, les coups de pompe, et la fatigue musculaire pendant l’effort, bien évidement cet apport doit être  adapté à votre cycle d’entrainement. Buvez de petites gorgées d’eau avant, pendant et après votre entrainement. Si vous êtes un adepte des shakers de protéines sachez que la digestion d’un liquide met environ 2 heures, alors attention aux remontés gastriques pendant l’entrainement, d’autant plus si vous travaillez avec des charges importantes.

 Le sport entraîne des dépenses énergétiques et hydriques

Dépenses énergétiques : Le sportif peut dépenser jusqu’à trois fois plus d’énergie qu’une personne au repos. L’alimentation est donc capitale puisqu’elle fournit trois nutriments énergétiques (protéines, glucides et lipides).Les glucides fournissent environ 60 % de l’apport énergétique total requis par l’organisme à l’effort.Les besoins en lipides sont d’environ 20 % tout comme les protéines.Ces proportions peuvent varier d’un sportif à l’autre et en fonction de l’activité pratiquée, de son intensité, de sa durée et surtout de son cycle d’entrainement.Pour faire simple, lors d’une pratique intensive (entrainement ou compétition), le corps va utiliser en priorité les glucides comme base énergétique, en revanche si l’activité est modérée et dure dans le temps, l’organisme puisera dans un premier temps dans les glucides, puis dans les réserves de graisses (lipides). Il est possible que votre organisme finisse par puiser dans les réserves de protéines, mais vous serez certainement en hypoglycémie avant! Donc restez à l’écoute de votre corps et de votre coach!

Les dépenses hydriques

Au cours d’un effort de longue durée, le corps peut évacuer l’équivalent de deux à trois litres d’eau. L’activité physique entraîne une surproduction de chaleur ce qui augmente la température corporelle. Afin d’éviter la surchauffe, le corps dissipe le surplus de chaleur par la sueur (système de refroidissement), qui à elle seule représente environ de 80 % de la perte de liquide corporel pendant l’effort. La perte d’eau perturbe également la thermorégulation du corps : moins d’eau = moins de sueur, donc une évacuation plus lente de la chaleur. La perte hydrique diminue la quantité de sang dans l’organisme et ralentit le transport des substrats énergétiques vers les muscles.

La déshydratation

La déshydratation guette le sportif qui néglige de boire suffisamment avant, pendant et après l’effort. Si un athlète continue dans l’effort sans s’hydrater correctement, son corps réduira la production de sueur pour conserver ses réserves d’eau, mais le résultat sera que sa température corporelle augmente, si elle dépasse 41 degrés Celsius, ce sera le coup de chaleur.

Les besoins alimentaires

Les féculents et protéines sont la base de l’alimentation sportive, les besoins en protéines des sportifs sont supérieurs à ceux des sédentaires, en particulier pour les sports d’endurance. Ces « éléments bâtisseurs » des muscles interviennent dans plusieurs fonctions biologiques vitales. L’INSEP recommande aux sportifs d’en consommer 1,2 à 2 grammes par kilos du poids total du corps. Vous pouvez trouver des protéines dans la viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers. Pour une bonne assimilation des apports en protéines, pensez à boire de l’eau au réveil et au coucher.

Féculent = réserve de sucre ou de graisse ?

Les féculents sont eux le « carburant » des sportifs. Malgré les préjugés tenaces, ils ne font pas grossir s’ils sont consommés avec modération. En libérant de l’amidon, source de sucres lents, ils fournissent toute l’énergie nécessaire aux muscles. Pour consommer des féculents, tournez-vous vers les céréales (pâtes, riz, semoule) ou les légumineuses (lentilles, fèves, pois, haricots rouges ou blancs).

Si vous disposez de moins de deux heures avant votre compétition, optez pour des fruits, un mélange de noix et fruits séchés ainsi que des jus de fruits ou de légumes, plus rapidement assimilables par l’organisme.

En ce qui les compléments alimentaires

Dans l’ensemble, il est raisonnable de dire que la plupart des ingrédients contenus dans les compléments alimentaires n’ont pas fait l’objet d’études d’efficacité convaincantes. Il existe néanmoins des exceptions notables comme les études concernant l’action des antioxydants (bêta-carotène, vitamine E, zinc, etc.) dans le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou celle des folates dans la prévention des anomalies du développement du système nerveux de l’embryon pendant la grossesse.

Mais, pour de nombreuses substances utilisées, les industriels ne disposent pas d’études dignes de confiance et vantent leurs produits en utilisant divers arguments discutables donc, nous préférons rester prudents sur la consommation de compléments alimentaires, et de bien suivre les indications de votre médecin nutritionniste.

Quel menu avant un effort sportif ?

Un effort ne se prépare pas le jour-même. Avant une grande performance, il faut penser à adapter son alimentation environ trois jours avant. Les apports en glucides doivent être augmentés significativement, la consommation de riz ou de pâtes est donc conseillée.

Le jour J, prendre un petit déjeuner complet ainsi qu’un repas deux heures avant l’effort, afin d’éviter l’inconfort digestif. Privilégiez les sucres lents, comme les pâtes et le riz. Avant une épreuve d’endurance, il n’est pas conseillé de consommer du sucre.

Faut-il consommer des produits spécifiques « protéines et autres » ?

En principe, les compléments alimentaires protéiques ne sont pas nécessaires. L’INSEP les déconseille, ils n’offrent aucune garantie. Une alimentation naturelle saine et bien choisie permet de couvrir tous les apports requis, mais Il appartient au sportif de trouver ce qui lui convient le mieux pour optimiser ses performances. Alors restez à l’écoute de votre corps. Rendez-vous sur notre forum pour plus d’information et soyez sport.

Cliquez sur l’image
 pour vous inscrire

Forum soyezsport.com

Les français et le sport ?

FrançaisSeulement 48% des Français déclarent faire du sport au moins une fois par semaine. Un chiffre au-dessus de la moyenne européenne de 40% mais loin des 72% de sportifs réguliers en Suède.

Plusieurs propositions sont présentées  par le Centre d’Analyse Stratégique (CAS), un organisme rattaché au Premier ministre. Tout d’abord, le sport doit changer de mentalité. Seulement 7% des Français pratique le sport en compétition, les clubs devraient favoriser également le sport en loisir en permettant l’accès des équipements sportifs à tout le monde. L’équitation a notamment commencé à être plus accessible, aujourd’hui seuls 19% des pratiquants ont une licence.

Ensuite, le CAS propose d’ouvrir les structures aux plus âgés, comme les clubs-house en Grande-Bretagne, en proposant des journées portes ouvertes à l’entourage familial, aînés compris. La Finlande a notamment testé ce dispositif et constate une chute des congés maladies chez les plus de 55 ans.

Les villes doivent également être réaménagées pour faciliter les déplacements non motorisés. Plusieurs initiatives ont été prises dans quelques villes de France. A Paris par exemple, des signalétiques urbaines indiquent les temps de trajet à pied entre les sites connus.

Enfin, le médecin pourrait désormais nous prescrire un petit jogging au lieu d’un médicament. Pratiquée aux Etats-Unis, l’ordonnance sportive se prescrit à l’hôpital de Strasbourg. La Haute Autorité de Santé recense actuellement les études démontrant les bienfaits du sport sur la santé, en attendant les résultats de se recensement… soyez sport !

 Cliquez sur l’image
 pour vous inscrire

Forum soyezsport.com

Les performances sportives comment les optimiser

Boxeuse MMAUne alimentation saine et variée assure un apport de vitamines et nutriments essentiels à une bonne condition physique.Des compléments alimentaires spécifiques peuvent également pallier à certaines carences qui peuvent intervenir lors de séances d’entrainement ou compétitions plus intenses.Ces deux affirmations sont justes mais, consommer de bons aliments ne suffit pas à augmenter ses performances sportives encore faut-il respecter quelques règles de base du métabolisme de l’organisme.

La  digestion

Un des principes de base consiste à prendre en compte les temps de digestion. Une étude publiée en 2004 donne des éléments sur l’évolution de la durée de transit au niveau du système digestif.Le temps de vidage gastrique des liquides est d’environ 2 h pour les 20-30 ans, alors qu’il est de 1 h 37 pour les 74-85 ans. Pour les solides, il est de l’ordre de 2 h pour les deux groupes, sans différence significative. Le temps de transit au niveau de l’intestin grêle est de 3 h 48 en moyenne pour les 20-30 ans, et de 4 h 42 pour les 74-85 ans.Pour de nombreux sportifs leurs capacités physiques sont diminuées car ils méconnaissent ce facteur digestif.

Pour atteindre leurs capacités maximales il leur faudra donc respecter les temps de digestion en fonction du type d’aliments consommés. En règle générale, la digestion va consommer 30 % de votre énergie vitale, énergie qui ne sera donc pas disponible pour les autres organes ou groupes musculaires.Par déduction on comprend vite qu’un sportif qui souhaite réaliser une bonne performance sportive devra prendre en compte cette réalité.

Vitamines et nutriments

Un des principaux problèmes provient de la qualité de notre alimentation, les produits raffinés de l’alimentation industrielle moderne n’ont pratiquement plus de valeur nutritionnelle. Ils sont appauvris en vitamines et nutriments essentiels de par les méthodes de culture, de fabrication et/ou de conservation.Il conviendra donc  de bien choisir ses produits ; légumes du jardin, produit locaux, bio, circuit direct… Il y a certainement un choix financier à faire, mais aussi un choix de qualité de vie!

Compléments alimentaires

En diététique sportive, chacun détient sa formule qu’il considère comme la meilleure pour améliorer ses performances. L’individualisation est une donnée primordiale chez le sportif!Cependant on devra respecter les lois biologiques, qui sont les mêmes pour tous. Si nos substrats énergétiques (protéine, glucide, ou lipide) sont en excès alors  il y a stockage, ou évacuation.De plus l’activité physique ou sportive consomme une quantité supérieure en nutriments, il faudra donc surveiller les risques de carences dues à l’intensité des séances d’entrainement et des compétitions.

Prenons l’exemple du magnésium utilisé pour la contraction musculaire et le métabolisme des glucides, si les besoins journaliers en magnésium sont en moyenne à 400 mg pour une personne lors d’une journée classique, en cas l’activité physique il en faudra davantage. Si vous n’augmentez pas cet apport alors il y aura carence, ce qui aura des effets désastreux sur les performances sportives: augmentation du stress, nervosité, insomnies, tremblements et surtout une baisse des capacités de récupération.

Conclusion

Si l’activité physique et sportive fait partie d’une bonne hygiène de vie, les performances recherchées dans votre sport dépendent de nombreux facteurs Ne négligez donc pas ces quelques règles faciles à retenir et documentez-vous ! Ce serait dommage de perdre votre motivation par méconnaissance ou de fausses idées reçues, alors soyez sport !

La fortification ou enrichissement alimentaire, qu’est-ce que c’est ?

Parfois, il arrive que les autorités de santé décident d’enrichir un ou plusieurs aliments avec un nutriment particulier, en général pour prévenir une maladie ou un problème de santé publique. C’est le cas, par exemple, de l’enrichissement du sel en fluor ou de l’enrichissement des farines en vitamine B9 dans certains pays comme les États-Unis ou le Canada et dans certains pays d’Europe. Ce type de décision est complexe et demande de longues études portant sur de vastes populations.

Les objectifs de l’enrichissement alimentaire visent à prévenir les effets négatifs d’apports insuffisants. Ils sont très différents de ceux de la prise de compléments alimentaires qui vise à prendre certains nutriments en quantité supérieure à celle recommandée dans le cadre d’une alimentation équilibrée.

Les bénéfices de l’enrichissement de l’alimentation en une substance particulière ne justifient pas forcément son usage dans le contexte d’un complément alimentaire, dont la preuve de l’efficacité doit être faite. Par exemple, l’enrichissement du sel de cuisine en iode contribue à la prévention de problèmes thyroïdiens, mais l’administration de compléments alimentaires contenant de grandes quantités d’iode peut se révéler toxique.

Inscrivez vous sur notre forum et découvrez les comportements alimentaires  et les programmes qui vous permettront d’atteindre vos objectifs. Des éducateurs sportif diplomé d’état répondrons à toutes vos questions.

Cliquez sur l’image

Forum soyezsport.com