Le diabète : l’exercice physique remboursé!

diabeteLes abonnements à une salle de gym ou à un club de sport seront-ils un jour remboursés au même titre qu’un médicament ? L’idée fait son chemin chez les médecins et les décideurs de santé, tandis que s’accumulent les preuves des bienfaits de l’exercice physique pour prévenir ou stabiliser des pathologies chroniques : maladies cardio-vasculaires, cancers ou diabètes

 

Les précurseurs sportifs francophones !!!

En Belgique, plusieurs mutuelles ont déjà franchi le pas, remboursant quelques dizaines d’euros sur l’inscription à un club sportif. Récemment, le ministre de la Santé britannique a fait savoir qu’il envisageait de lancer un système de chèques gym ou piscine pour inciter les sujets du royaume à changer leurs comportements. Aujourd’hui, ce sont des médecins américains qui montent au créneau dans le prestigieux Journal of the American Medical Association. «Sachant les bénéfices de l’exercice physique en prévention du diabète, dans le contrôle du diabète de type 2 (non insulinodépendant), et plus généralement dans l’amélioration de la santé des adultes et des personnes âgées, il est temps de réfléchir à une prise en charge par les assurances maladie et les mutuelles.

Etat des lieux en France sur le diabète

En France, toute la population est incitée à bouger régulièrement, dans le cadre du plan national nutrition santé, de manière très générale. Mais en dehors d’initiatives individuelles, il y a peu de programmes spécifiques pour les maladies chroniques, note le Dr Arnaud Monier, endocrinologue et médecin du sport (hôpital de Chartres). Dans son service, les diabétiques qui bénéficient d’une «semaine d’éducation diabétique» sont incités concrètement à être plus actifs. «On leur fait faire trois séances dans une salle de sport en leur montrant l’impact sur la glycémie, et pourquoi il est plus efficace de pratiquer trois quarts d’heure d’affilé que trois fois un quart d’heure, précise-t-il. L’enjeu est de les convaincre, c’est la différence entre éducation thérapeutique et information.» Marche, natation, vélo…

Pour les coach sportifs

Il n’y a pas de sport idéal, le meilleur est celui que le patient continuera parce qu’il y prend plaisir. La difficulté est plutôt dans l’encadrement médical pour la mise en route. «Les diabétologues ne sont souvent pas spécialisés en médecine du sport. Quant aux services de médecine du sport, ils sont de moins en moins nombreux et submergés». De son côté, la fédération EPMM Sports pour tous a mis en place un programme «diabetaction», proposant des séances d’activité en groupe pendant douze semaines.

Reste à savoir pour quelles catégories de patients cette stratégie est la plus «rentable» : les personnes déjà diabétiques, ou celles à haut risque de le devenir ?

Nous pensons chez soyez sport qu’il vaut mieux prévenir que guérir, alors « soyez sport » pour vivre et vieillir en bonne santé.